LES 3 NIVEAUX IDENTITAIRES

Les niveaux identitaires

Selon moi "le faire" ou "l'avoir" ne sont pas des niveaux identitaires. C'est une conséquence de qui nous sommes. C'est-à-dire, des êtres humains (et non des faires humains ou des avoirs humains), possédant un savoir et représentés par un savoir-être. L'identité de l'accompagnateur influence grandement la qualité de l'accompagnement car c'est avec tout ce qu'il est, tout ce qu'il sait et tout ce qu'il sait être, que son approche est particulièrement singulière. Selon le chemin qu'il a accompli, les différents états de l'être, du savoir et du savoir-être, déterminent la puissance de l'accompagnement.

L'Être

Vivre avec des masques, c'est avant tout pour se protéger de nos fragilités intérieures. Ces dernières qui activent violemment nos blessures et qui font rejaillir nos souffrances. Pendant longtemps, j'ai vécu avec des identités qui n'étaient pas les miennes. Et à chaque fois qu'un masque tombait, mon être tombait avec. Dès que j'essayais de me relever, je réalisais que j'avais trahi mon être profond. En rejetant sans le vouloir une partie de mon existence. Finalement, j'étais quelqu'un d'autre, mais certainement pas ce que je suis réellement. Alors pas à pas, j'ai appris à ne plus emprunter de nouveaux masques. Puis, pour ceux qui étaient déjà là, j'ai décidé de les enlever moi-même. Un par un. Et après un long et difficile travail personnel, j'ai commencé à me voir tel que je suis intérieurement. D'abord, sans jugement, sans honte, sans dégoût et sans culpabilité. Et ensuite, avec bienveillance, avec fierté, avec intégrité et avec amour. Comment pourrais-je accompagner pleinement chaque personne, si je ne fais pas preuve d'honnêteté vis-à-vis de moi-même. Car toute l'unicité de l'accompagnateur, c'est ce qu'il est. Son être.

Le Savoir

Il y a deux choses qu'il est important de connaître. C'est la différence entre "croyance" et "connaissance". Ces deux savoirs sont aussi importants l'un que l'autre. Le premier, est le processus mental expérimenté par une personne qui adhère à une thèse ou une hypothèse, de façon qu’elle les considère comme vérité, indépendamment des faits, ou de l'absence de faits, confirmant ou infirmant cette thèse ou cette hypothèse. (Exemple: "toutes les personnes qui aiment la musique douce, sont des personnes intentionnées", est une croyance personnelle). Le deuxième, désigne un rapport de la pensée à la réalité extérieure et engage la notion de vérité comme adéquation de l'esprit et de la chose. Par extension, le terme connaissance désigne le contenu de la pensée qui correspond à la nature de la chose visée, et s'oppose à erreur ou illusion. Ses caractères sont l'universalité et la nécessité, ce qui suppose de réfléchir sur la méthode propre à nous faire parvenir à la connaissance. En ce sens, elle est plus qu'une croyance partagée puisque son universalité est de droit; de même, elle diffère de l'opinion dans la mesure où elle est une opinion vraie, "accompagnée de raison" (Platon). (Exemple: "la terre tourne autour du soleil", est une connaissance universelle). L'un n'est pas mieux que l'autre. Elles cohabitent ensemble comme un tout. Par contre, plus le champ des croyances se rapproche du champ des connaissances et plus la pertinence du savoir est grande. L'inverse n'est pas vraie, puisque cela voudrait dire que la connaissance serait une croyance améliorée. Par ailleurs, tout ce qui peut enrichir le savoir de l'accompagnateur, l'aide à progresser dans son propre chemin personnel. Et plus ce dernier est allé loin et plus il peut amener la personne aussi loin qu'il est déjà allé.

Le Savoir-Être

Il ne suffit pas de prétendre être "accompagnateur" pour en être "un" et encore moins un "bon". Il est nécessaire d'avoir ou d'obtenir les compétences requises. Le savoir-être représente l'ensemble de nos qualités personnelles: la capacité d'écoute, l'empathie, la compassion, la curiosité, l'ouverture, la remise en cause, l'altruisme, la prise de recul, le sens collectif, la créativité... Il existe une liste innombrable de qualificatifs de notre savoir-être. Mais certains d'entre eux sont antinomiques avec la pratique. Soit par leur absence (ex: la capacité d'écoute) ou soit par leur nature (ex: le besoin de contrôle). Ce niveau identitaire est celui qui permet de créer les conditions nécessaires pour avancer harmonieusement à chaque instant dans le chemin d'accompagnement. De la qualité d'écoute, en passant par l'authentique empathie, la forte compassion, la grande ouverture d'esprit jusqu'à l'exceptionnelle aptitude d'accueillir pleinement la souffrance de l'autre, le "savoir-être" est incontestablement le résultat visible de ce que nous sommes individuellement et également, ce que nous sommes les uns par rapport aux autres. C'est pourquoi le choix de l'accompagnateur dépend principalement de son savoir-être. Sans ce dernier, il n'y aurait pas de manifestation matérielle de l'existence de l'être et du savoir de l'être. Au final, tout est lié, puisque toute chose n'a d'existence propre, étant donné qu'elle ne peut exister que de manière interdépendante avec tout ce qu'il peut exister.

©2020, MY AWAKENING ENERGY by MY CLOVER ENERGY