LES 3 CHAMPS DIMENSIONNELS

Les champs dimensionnels de perception

Les trois champs dimensionnels regroupent à la fois les manifestations du visible et à la fois les phénomènes de l'invisible. L'un ne peut exister sans l'autre, puisque ces deux mondes sont interdépendants entre eux. D'ailleurs, cet état de fait est extrêmement utile pour vérifier simultanément les effets réciproques. Et par conséquent, apporter plus de justesse à l'accompagnement. La richesse apportée par les différents champs dimensionnels, permettent d'accéder à tout notre potentiel de conscience (champ des états de conscience), aux différentes sources d'information accessibles (champ morphique d'information) et à l'ensemble des énergies qui nous composent (champ de la vibration énergétique).

 

A l'heure actuelle, nous savons que le monde matériel (visible) est régi par les lois de la physique traditionnelle (ou dite classique) et nous savons que le monde de l'infiniment petit (invisible) est régi par les lois de la physique quantique. Ce que nous ignorons toujours, c'est comment relier mathématiquement ces deux théories entre elles. De ce fait, on pourrait légitimement se dire que la résolution de cette problématique clef, serait uniquement liée à une question de temps. Seulement voilà, la véritable problématique scientifique qui se pose actuellement, est l'incertitude absolue concernant la faisabilité de lier par les modèles existants les deux théories. En effet, toutes les deux diffèrent de manière contradictoire sur deux aspects fondamentaux propres à leur nature. C'est-à-dire, leurs comportements et leurs compositions. Le comportement de l'un est déterministe, tandis que le comportement de l'autre est probabiliste. Ce qui signifie que cette nature quantique comportementale ne permet pas, par la définition même du probabilisme, d'arriver à une certitude absolue mais uniquement à des propositions probables. Par conséquent, nous faisons face à une équation insolvable. En d'autres termes, une voie sans issue.

 

Ensuite concernant leur composition, l'une est matérielle et l'autre immatérielle. En s'intéressant à la composition de ce que nous sommes, nous observons qu'il existe de nombreuses strates qui constituent notre univers visible et invisible. Partons de la matière qui est la première strate, celle visible à l'oeil nu. Puis, juste en dessous, il y a le monde des molécules. Puis juste en dessous, il y a le monde des atomes. Puis juste en dessous, il y a le monde des particules composites. Puis juste en dessous, il y a le monde des particules élémentaires. Et la toute dernière strate que nous connaissons, il y a le monde des super cordes. Ces super cordes, comme on les appelle, sont des brins d'énergie possédant des états vibratoires singulières. Ainsi, il est très intéressant de constater qu'à partir d'agrégat de brins d'énergie, nous obtenons de la matière. La problématique clef identifié, est l'absence d'une frontière observable entre les deux univers. Autrement dit, le lien manquant que les scientifiques espèrent trouver un jour, pour en déduire un nouveau modèle, qui permettrait enfin de lier ces deux théories entre elles. Et par la même occasion, il nous permettrait d'obtenir les accès à la compréhension intégrale de toute existence.

 

Quand on prend la nature des deux problèmes (comportement et composition) sous l'angle d'un raisonnement analytique, on se retrouve devant un étrange paradoxe. Comment est-il possible que deux ensembles de lois que presque tout oppose, arrive à fonctionner parfaitement ensemble ?

Les lois usuelles de la physique sont, du moins en apparence, empreintes du sceau du "bon sens", dans la mesure où nous y sommes confrontés quotidiennement. Ainsi, nous y sommes habitués et nous considérons leurs effets comme "normaux". Il en est ainsi des lois de la mécanique classique, appelée encore "mécanique newtonienne", qui décrit le mouvement des corps à l'échelle humaine, mais qui s'applique aussi bien au-delà, par exemple aux mouvements des corps célestes. Or au début du XXème siècle, l'étude des particules élémentaires allait montrer que le mouvement de celles-ci obéit à des lois totalement différentes de celles de la mécanique classique, et que l'on allait dénommer "mécanique quantique". Ces lois sont si déroutantes qu'elles modifient totalement notre compréhension du monde physique. On ne répètera jamais assez combien sont dignes d'admiration, ceux qui ont osé jeter les fondements et poser les principes de la mécanique quantique, alors même qu'ils étaient en contradiction avec leurs propres convictions, comme par exemple Albert Einstein, qui fut pourtant l'un des fondateurs de cette théorie, n'en a pas compris certains aspects jusqu'à la fin de sa vie. Pour bien comprendre l'énergie, disait-il, il faut comprendre les grands principes de la mécanique quantique.

L'un des plus illustre physicien nobelisé du XXème siècle, Richard Phillips Feynman, spécialisé dans la science quantique a dit un jour "si vous croyez comprendre la mécanique quantique, c'est que vous ne la comprenez pas". Ce qui donne déjà le ton du sujet. De nos jours, on en sait beaucoup plus sur cette science étonnante. On ne peut plus vraiment dire que l'on n'est plus en mesure de comprendre les phénomènes observables. La difficulté ne se trouve plus à ce niveau là. Elle se trouve dans la nature même des phénomènes quantiques. Face à eux, soyons humble et honnête avec nous-mêmes. D'un point de vue cognitif, nous sommes malheureusement limités par une compréhension aussi complexe. De plus, ce que nous trouvons contre-intuitif, ne l'est sûrement pas pour le monde quantique, qui suit probablement sa propre logique. A mon sens, il ne peut être en aucun cas, le fruit d'un chaos. Pour la bonne et simple raison que sa manifestation matérielle est parfaitement congruente et entièrement compréhensible.

Pour pouvoir rentrer sérieusement dans ce sujet, il est nécessaire de porter une certaine attention à chaque aspect de cette invraisemblable science et d'avoir une certaine ouverture d'esprit. Voici les principaux principes de cette physique extraordinaire :

- Le principe de superposition

- L'indéterminisme de la mesure

- La dualité onde-corpuscule

- L'effet tunnel

- L'intégrale de chemin

- La quantification

- Le principe d'incertitude de Heisenberg

Alors en quoi tout cela peut-il servir l'accompagnement? D'abord à prendre conscience que toute manifestation est liée à une cause énergétique avant d’être une cause matérielle. Ensuite à comprendre que le monde invisible fonctionne selon les lois de la physique quantique et que cette même physique repose sur une étonnante théorie que les scientifiques ont élaboré pour expliquer notre modèle du monde. Il s'agit de la théorie des super cordes, dont le nom désigne les "super cordes", qui correspondent à de minuscules objets uni-dimensionnels. Sortes de petites structures en forme de fils, les super cordes seraient moins singulières qu'un point, dont les particules élémentaires (fermions, bosons) en sont ses manifestations. Elles seraient donc les plus petites composantes élémentaires de la matière que nous connaissons.

 

Cette incroyable théorie des super cordes permet de considérer un modèle du monde de l’infiniment petit comme les vibrations de minuscules cordes super symétriques. Ces super cordes peuvent vibrer d’une infinité de manière. Selon leurs combinaisons, nous pourrions avoir une infinité de possibilités superposables. La théorie des super cordes expliqueraient alors beaucoup de choses concernant les phénomènes du monde de l'invisible qu'il est possible d'observer, soit par ses manifestations matérielles visibles ou soit par les facultés extra-sensorielles. C'est dans cette découverte que l'accompagnement prend une toute nouvelle dimension. En effet, ce que j'ai pu constater grâce aux PES (perceptions extra-sensorielles), c'est que nous sommes également composés d'une infinité de couches superposées les unes dans les autres. C'est en effet possible, car les énergies selon leur état vibratoire, sont capables de traverser la matière. Nous en connaissons déjà un très grand nombre. Par exemple, les ondes électro-magnétiques, les micro-ondes, les émotions, les ondes vocales, les ondes radios, les ondes gravitationnelles, les ultra violets, les infra rouges...etc.

 

La matière elle-même possède son propre état vibratoire. Cette notion est fondamentale car elle explique comment les problèmes de vie non résolus ou les douleurs énergétiques (provoqués par une cause physique, énergétique extérieure ou énergétique intérieure) restent localisés dans notre corps physique de manière invisible (la partie immergée de l'iceberg). En effet, ces dernières possèdent à priori, des états vibratoires proches de celui de la matière, sans en être. C'est pour cette raison qu'elles sont bien présentes (états vibratoires proches) mais qu'on ne les voit pas (états vibratoires différents). Par contre, il est possible de les percevoir à travers notre sixième sens énergétique. Et lorsque l'on commence à comprendre ce fonctionnement, on pourrait se dire qu'il suffirait de changer leurs états vibratoires pour solutionner ces problèmes ou ces douleurs énergétiques d'une manière écologique et durable. Puisqu'en augmentant leurs vibrations, ces énergies pourraient se libérer en traversant la matière et sortir une bonne fois pour toute de notre corps physique. Si c'était uniquement la seule composante, cela voudrait dire que l'on pourrait guérir chaque personne, indépendamment de sa volonté, avec la seule aide de ces capacités extraordinaires. Ce qui n'est évidemment pas le cas, sinon cela se saurait. Par conséquent, il existerait une autre composante encore plus déterminante, qui permettrait ou qui empêcherait de le faire. Et la composante qui précède l'énergie, est la conscience. Si aujourd’hui, nous reconnaissons l’existence des consciences animales plus ou moins élaborées, telles que celles de l’homme, cela veut aussi dire que la conscience est potentiellement partout. Niels Bohr, l'un des pères de la mécanique quantique, avait été l'un des premiers à proposer que le caractère probabiliste et non mécanique au sens classique de la théorie quantique pouvait être à la source des phénomènes biologiques et en particulier de la conscience humaine, avec son apparent libre arbitre. Le neurobiologiste et prix Nobel John Eccles a lui aussi spéculé sur le rôle de la mécanique quantique dans le fonctionnement du cerveau. Tout serait donc au final quantique. De toutes mes découvertes grâce à ces différentes capacités et facultés, la conscience comme l'essence de ce que nous sommes véritablement, est une preuve supplémentaire, qu'il existerait bel et bien, un lien universel. Savoir que nous sommes d'abord des consciences libres interconnectées à un seul ensemble visible et invisible, de l'infiniment petit à l'infiniment grand, m'a profondément boulversé parce que cela signifierait qu'il existerait un berceau commun de toutes les spiritualités, qui serait notre mère à tous.

 

Pour bien comprendre ce qu'est un problème de vie ou une douleur énergétique, il est nécessaire de considérer trois choses. Le premier, c'est la conscience (celle qui définit l'existence), le deuxième c'est l'énergie (celle qui manifeste l'existence) et le troisième c'est l'information (celle qui décrit l'existence). Par conséquent, tout est conscience, tout est énergie et tout est information. De ce fait, l'information est omniprésente. On peut d'ailleurs le constater dans notre vie quotidienne, pour en avoir la meilleure preuve. Nous transmettons et recevons systématiquement des informations via les ondes. Lorsque l'on parle, on envoie des ondes. Lorsque l'on téléphone, on envoie des ondes. Lorsque l'on envoie un email ou un sms, on envoie des ondes. Lorsque l'on exprime une émotion, on envoie des ondes. Lorsque l'on est en présence, on reçoit des ondes. Lorsque l'on entend un bruit ou une chanson, on reçoit des ondes. Lorsque l'on voit une personne ou un animal, on reçoit des ondes... Et comme pour chaque signal ondulatoire, il y a de l'information. Afin de récupérer l'information, il est nécessaire d'avoir un récepteur (pour le recevoir avec une oreille) et un décodeur (pour l'interpréter avec le système nerveux et le cerveau). C'est ce que nous pouvons déjà faire tous les jours, avec nos perceptions sensorielles ordinaires. Néanmoins, la majorité d'entre nous ignore encore que nous avons les capacités latentes d'aller beaucoup plus loin dans la récupération et l'interprétation des informations issues des énergies possédant des états vibratoires différents de celui de la matière, grâce aux facultés de perceptions extra-sensorielles.

Pour compléter la compréhension générale d'un problème de vie ou d'une douleur énergétique, il faut également savoir, qu'il peut se présenter à plusieurs niveaux de nos différents corps. Il peut être au niveau mental. Il peut être au niveau du coeur. Il peut être au niveau du ventre. Il peut être au niveau du haut du dos...etc. C'est pourquoi, il est indispensable d'avoir une vision ouverte et holistique de tout ce que nous sommes, pour être en mesure de résoudre le problème dans toute sa globalité. Plusieurs fois, en séances, j'ai eu des personnes qui venaient me voir avec une grande blessure de vie (abandon, rejet, injustice, trahison, avortement, viol, deuil, humiliation...), elles me disaient toutes qu'elles étaient guéries, après plusieurs années de thérapies. Cependant, ce que je percevais, était tout autre. Le problème était toujours là, même si elles étaient persuadées du contraire. Et quelque part, elles avaient raisons. Seulement, il y avait un énorme biais cognitif. Elles n'avaient pas résolu leur problème dans tout sa globalité. Elles avaient trouvé, au moyen d'une stratégie mentale, comment désactiver le lien entre les différentes parties du problèmes qui se trouvaient fragmentés, à plusieurs endroits du corps. En d'autres termes, elles avaient toutes archivés leur problème. Les souffrances associées à ces problèmes n'étaient plus activées, puisqu'elles ont décidé de changer ou de transformer le principal élément déclencheur de ces dernières. C'est-à-dire, par leurs représentations mentales. Ceci implique une chose, que le problème n'a pas été traité en son coeur, mais uniquement en surface (on soigne la plaie mais pas l'origine de l'infection). Pour conséquence, un problème encore bien présent, qui continue d'influencer toutes les autres énergies (les pensées, les autres problèmes de vie, les douleurs énergétiques, les émotions...). C'est aussi grâce à ces expériences là, que j'ai réalisé qu'au bout d'un moment, la concentration de toutes ces énergies invisibles, superposées les unes dans les autres, arrivaient par se manifester dans la matière sous forme de symptômes physiques, de dérèglements physiologiques et de maladies physiques. Un peu comme un message d'urgence, pour nous dire qu'il serait grand temps de commencer à régler nos véritables problèmes de vie.

D'abord, comment sont générés nos problèmes d'un point de vue de l'invisible ? Par la conscience à priori, puisqu'elle précède tout ce qui existe. Effectivement, chaque problème créé, est un problème que nous avons nous-même créé. Pour une situation donnée, chaque personne va le vivre différemment. Soit comme quelque chose de négatif, soit comme quelque chose de neutre ou soit comme quelque chose de positif. Et c'est à ce moment là, que se génère le véritable problème de vie, en se manifestant sous une forme énergétique déséquilibrée, en vibration basse. A chaque fois, il est généré d'une manière unique, qui lui est propre. Etant donné que la personne l'a elle-même créé, elle sait en réalité inconsciemment, comment elle l'a créé. On pourrait comparer cela à quelqu'un qui cadenasserait son coffre-fort avec une clef unique, dont elle seule possèderait cette clef et dont le contenu serait le problème généré. Ainsi, elle se trouverait être la seule personne à avoir la solution à son problème. Nous aurions donc depuis toujours, les clefs de nos coffres-forts dans lesquels, nous avions soigneusement ou brutalement rangé tout ce que nous n'avions pas résolu. Et c'est là que tout prend son sens. Chacun de nous possèderait donc, toutes les solutions à ses problèmes. Nous sommes à la fois, la source de nos souffrances et à la fois, nous en sommes la seule source salvatrice.

Absolument tout, depuis notre naissance, voire avant, continue d'exister dans notre état présent. Nous sommes une infinité de couches superposées les unes dans les autres. A noter que la notion d'espace-temps existe sous une autre forme dans ce monde quantique. En effet, par exemple, les phénomènes de l'invisible fonctionnent de manière identique, indépendamment de la distance et du temps. Ce qui est d'ailleurs, très utile quand on a besoin d'aller chercher des énergies qui peuvent se trouver dans des espaces inaccessibles au monde de la matière (comme les corps subtils par exemple). Sachant que ces phénomènes sont impossibles dans notre monde physique, puisqu'il existe une composante "temps" qui se trouve être uni-directionnelle et irréversible. Tandis que dans le monde quantique, la composante "temps" semble être multi-directionnelle et réversible. C'est grâce à cette caractéristique que nous pouvons résoudre dans le présent, des problèmes créés dans le passé. Et ce sont tous les choix conscients ou inconscients, que nous faisons qui déterminent notre futur. Il ne peut donc être écrit d'avance. Il est écrit à chaque instant.

Enfin, il y a toujours une raison pour laquelle un problème de vie ou une douleur énergétique somatise à tel endroit plutôt qu'à un autre endroit. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, pour un même problème ou pour une même douleur, il ne somatise pas toujours au même endroit. En effet, la somatisation se passe différemment, d'un individu à un autre, puisque nous avons chacun nos propres énergies. Et que toutes ces énergies cohabitent en intrication et en interdépendance avec toutes les autres énergies qui nous composent et qui nous entourent. Pour chacun individu, tout est donc à découvrir et tout est donc à inventer dans l'accompagnement. C'est justement toute la spécificité et la puissance de ce que je propose. D'abord, celui de pouvoir aider la personne à identifier toutes les causes de ses problèmes ou de ses douleurs énergétiques, grâce à l'ensemble des trois champs dimensionnels. Puis, celui de lui permettre de prendre conscience par elle-même de ces derniers. Et dernièrement, la guider vers leurs résolutions intégrales, de manière écologique et durable.​

Le champ des états de conscience

L'accompagnement le plus efficace est celui qui fait appel à la conscience éveillée, augmentée ou élargie. La même qui va guider l'accompagnement à chaque moment. D'abord, qu'est-ce que la conscience ? Voici une proposition de définition: la conscience est la capacité de se percevoir, s'identifier, de penser et de se comporter de manière adaptée. Elle est ce que l'on sent et ce que l'on sait de soi, d'autrui et du monde. En ce sens, elle englobe l'appréhension subjective de nos expériences et la perception objective de la réalité. Par elle, enfin, nous est donnée la capacité d'agir sur nous-même pour nous transformer. Pour l'être humain, il faut distinguer deux choses sur la conscience. Les différents états de conscience et pour chaque état, le niveau de conscience.

Commençons par les états de conscience, où nous allons aborder les ondes cérébrales. Lorsqu'il est en veille active, notre cerveau émet surtout des ondes rapides, dites bêta (de 12 à 30 Hz), avec l'apparition d'ondes gamma spécifiques (vers 40 Hz) lors d'une activité intellectuelle et mentale intense. Alors qu'en relaxation légère ou éveil calme (assis dans son canapé yeux fermés par exemple), ce sont des ondes alpha (de 8 à 12 Hz) qui dominent. Les ondes thêta (de 4 à 8 Hz) correspondent, elles, à la relaxation profonde, la méditation, la transe chamanique et à un certain type de sommeil (paradoxal). Enfin, en sommeil profond, les ondes majoritaires sont de type delta (de 0,5 à 4 Hz). Au cours d'une journée, nous ne faisons que passer d'un état de conscience à l'autre.

Différents moyens existent pour obtenir l'état désiré. Des plantes psychotropes, des champignons hallucinogènes ou des drogues induisent un état modifié de conscience. Non sans danger. Ces énumérations sont bien entendu à titre informatif. Je ne les utilise évidemment en aucun cas dans mon accompagnement car ce n'est pas du tout compatible avec mon approche écologique et durable. Et moi-même je ne les ai jamais utilisé, donc je n'ai pas une connaissance et une expérience personnelle de ces techniques.

D'autres techniques corporelles le permettent tout autant. Cela va de l'hyper ventilation, aux rotations accélérées de la tête, en passant par l'isolation des sens ou la répétition de phrases ou d'images mentales. Quel que soit l'état recherché, le stimulus répétitif est le meilleur catalyseur. Il sature les sens et permet à d'autres fonctions cognitives de s'exprimer. Un peu comme si l'on distrayait le chef d'orchestre afin que des instruments en arrière-plan puissent jouer librement. Les techniques d'induction hypnotiques utilisent ce principe. Elles saturent le cerveau d'informations. A force d'être dans cet hyper contrôle, on perd le contrôle. Les chamans utilisent, eux, des battements de tambours répétitifs. Cela limite l'entrée sensorielle à un seul stimulus auditif hautement prévisible. Les chamans se retrouvent ainsi dans un état si absorbé qu'ils se désengagent de l'environnement sensoriel. De précédentes recherches ont montré que la fréquence des percussions utilisée se situait entre 3 et 7 Hz selon un rythme immuable, cette fréquence correspondrait à celle des ondes thêta du cerveau. Ce que confirme Michael Harner, célèbre anthropologue américain, qui a déterminé que 220 battements par minute (un peu moins de 4 Hz), était la fréquence idéale.

Les techniques non corporelles (énergétiques) sont celles que j'utilise le plus car elles sont les plus écologiques et tout autant efficaces. La première technique consiste à changer mes propres états de conscience à l'aide de mes propres inductions. Avec le phénomène de synchronisation, l'état de conscience de la personne accompagnée rentre en résonance jusqu'à atteindre le même état de conscience. La deuxième technique consiste à déplacer les énergies de la conscience à différents endroits du corps afin de pouvoir chercher l'état de conscience désiré. Et la dernière et troisième technique, consiste à transformer les états énergétiques pour atteindre l'état de conscience cible. La seule limite de ces techniques, apparaît quand la personne a du mal à lâcher prise à cause de ses résistances mentales. Hormis cela, elles fonctionnent plutôt bien. Par contre, le seul cas où les techniques corporelles sont plus efficaces, c'est lorsque l'on a besoin de travailler sur des énergies dont les états vibratoires sont très bas.

Terminons à présent par les niveaux de conscience. Ce n'est pas parce que deux personnes sont dans le même état de conscience, qu'elles ont le même niveau de conscience. Ce dernier représente la capacité à pouvoir plus ou moins maîtriser les différents états de conscience, de manière complètement consciente. Ces niveaux de conscience augmentent quand les états vibratoires énergétiques augmentent. Ce qui signifie que, plus on résout nos problèmes de vie et plus le niveau de conscience s'élève. Par ailleurs, ce que je remarque également, lorsque l'on fait quelque chose de "positif" (c'est-à-dire, qu'on émet des énergies à vibrations hautes), le niveau de conscience (ou ce que j'appelle le taux vibratoire) s'élève. Le niveau de conscience est donc une conséquence d'un large travail personnel, pour soi et pour l'autre.

Le champ morphique d'information

Cette théorie du biologiste Ruppert Sheldrake suggère que la nature des choses dépend de champs de formes - des champs morphiques. Chaque type de système naturel possède son propre type de champ; il y a un champ pour l'insuline, un champ pour le hêtre, un champ pour l'hirondelle...etc. Ces champs façonnent les différents types d'atomes, de molécules, de cristaux, d'organismes vivants, de sociétés, de coutumes et de modes de pensée.

Les champs morphiques, sont connus de la physique. Ils sont des régions d'influence non matérielles s'étendant dans l'espace et se prolongeant dans le temps. Quand un système organisé particulier cesse d'exister (lorsqu'un atome est désintégré, qu'un flocon de neige fonde ou qu'un animal meurt) son champ organisateur disparaît du lieu spécifique où existait le système. Mais dans un autre sens, les champs morphiques ne disparaissent pas, ce sont des schèmes (des logiciels sans supports) d'influence organisateurs potentiels, susceptibles de se manifester à nouveau, en d'autres temps, en d'autres lieux, partout où et à chaque fois que, les conditions physiques seront appropriées. Quand c'est le cas, ils renferment une mémoire de leurs existences physiques antérieures.

Le processus par lequel le passé devient présent au sein de champs morphiques est nommé résonance morphique. La résonance morphique implique la transmission d'influences causales formatives à travers l'espace et le temps. La mémoire au sein des champs morphiques est cumulative, et c'est la raison pour laquelle toutes sortes de phénomènes deviennent de plus en plus habituels par répétition. Lorsqu'une telle répétition s'est produite à une échelle astronomique sur des milliards d'années, comme ce fut le cas pour d'innombrables types d'atomes, de molécules et de cristaux, la nature des phénomènes a acquis une qualité habituelle si profonde qu'elle est effectivement immuable, ou apparemment éternelle.

Toutes ces réflexions sont en contraste flagrant avec les théories orthodoxes en vigueur. Il n'existe rien de semblable à la résonance morphique, dans le cadre de la physique, de la chimie ou la biologie contemporaines. Les scientifiques ont, en général, tendance à considérer les champs connus de la physique comme gouvernés par des des lois naturelles éternelles. Or, les champs morphiques se manifestent et évoluent dans le temps et l'espace; ils sont influencés par ce qui s'est réellement produit dans le monde. Les champs morphiques sont envisagés dans un esprit évolutionniste, ce qui n'est pas le cas des champs connus de la physique. Ou tout au moins, ce n'était pas le cas jusqu'à ces derniers temps. Jusqu'aux années 1960, les physiciens ont cru, pour la plupart, que l'univers était éternel (l'univers, mais aussi les propriétés de la matière et des champs, ainsi que les lois naturelles). Ces éléments avaient toujours été et seraient toujours identiques à eux-mêmes. Pour ajouter à cela, cet esprit évolutionniste des champs morphiques n'est pas sans rappeler le travail de recherche d'un illustre naturaliste et paléontologue anglais Charles Darwin avec sa théorie de l'évolution des espèces.

 

Mais on considère désormais que l'univers est né à la suite d'une explosion primitive. il y a quelque quinze milliards d'années, et qu'il n'a cessé de croître et d'évoluer depuis lors. Aujourd'hui, la physique théorique est en pleine effervescence. Des théories relatives aux premiers instants de la création voient le jour. Plusieurs scientifiques avancent des conceptions évolutionnistes de la matière et des champs, d'un type novateur. Le cosmos apparaît plus comme un organisme en pleine croissance et en pleine évolution que comme une machine éternelle. Dans ce contexte, des habitudes sont sans doute plus naturelles que des lois immuables. A partir de phénomènes réels mais inexplicables par les paradigmes actuels de la science, il a élaboré une théorie complexe, qui certes, demande une étude approfondie pour être validée, mais qui semble prometteuse, en tout cas "elle semble tenir la route".

 

En simplifiant beaucoup : Le tout est plus que la somme des parties. Il remet en cause également l'aspect purement mécanique de la biologie au profit d'une causalité formative à la base de la morphogenèse, la biochimie et la génétique n'intervenant qu'à posteriori. Cette causalité formative s'exprimerait par les champs morphogénétiques. Les champs morphiques façonneraient les atomes, les molécules, les cristaux, les organelles, les cellules, les tissus, les organes, les organismes, les sociétés, les écosystèmes, le système planétaire, le système solaire, la galaxie etc. Pour appuyer cette thèse, on peut se raccrocher aux travaux initiés aux débuts des années 1920, par le scientifique russe Alexandre Gourvitch, puis remis en lumière dans les années 1970 par le biophysiscien allemand Fritz-Albert Popp qui devint l'inventeur du biophoton (littéralement, vie et lumière). Il s'agit d'un proton d'origine biologique n'étant pas issu de produits d'une réaction enzymatique spécifique. Autrement dit, c'est l'émission spontanée de lumière d'intensité ultra faible émanant de tous les systèmes vivants. De nos jours, il est établi que les fonctions des émissions de biophotons sont multiples: communication cellulaire, action sur l’horloge biologique, fonctionnement de l'ADN et des protéines, notamment le processus de réplication de l'ADN, la synthèse des protéines et la signalisation cellulaire ainsi que dans la phosphorylation oxydative et la photosynthèse. Il a été également démontré que ces actions peuvent se faire par activation ou inhibition des processus intra-cellulaire. Ainsi des cellules irradiées peuvent transmettre des informations à des cellules non irradiées. En 1981, il arrive à démontrer qu’il existe une émission de biophoton au niveau de l’ADN cellulaire et les hypothèses de l’existence d’un champ énergétique dans le corps des êtres vivants se développent à partir des années 2000. En 2002 l’hypothèse de l'existence et de l’importance d’un champ électromagnétique (le Biofield) des êtres vivants dont l’homme, prend place dans les milieux scientifiques. En 2003 l’équipe de Cohen et Popp démontrent que les biophotons du corps humain forment un réseau de canaux de lumière dans le corps dont la fonction est supposée réguler le transfert d’énergie et d’information entre les différentes parties du corps. C’est la même année que Popp explicite les propriétés des biophotons et en tire les conséquences en termes de transmission d’information. En 2005, Popp confirme la structure identique à celle des méridiens d’acupuncture du réseau de biophotons. En 2008 il suggère les principes de fonctionnement des thérapies énergétiques par les interactions électromagnétiques et les biophotons. En 2010 une autre équipe valide et développe ces principes. En résumé, Les émissions de biophotons font partie d'un ensemble : le champ biologique énergétique plus connu sous l'appellation de Biofield. Ces émissions, aujourd'hui parfaitement mesurables, que l'on trouve particulièrement dans le fascia ou le cerveau, ont des fonctions de transfert d'information de cellule à cellule ou de régulation d'autres systèmes comme les neurotransmetteurs ou les neurones.

Dans cette complexité croissante, les champs morphogénétiques contiendraient une mémoire inhérente acquise par un processus de résonance morphique, composant la mémoire collective de chaque espèce (idée émise par l'éminent psychologue suisse Carl Gustav Jung). Ainsi, le cerveau, trop petit pour contenir la mémoire, n'est pas un organe de stockage mais un organe de liaison avec la banque de données du champ morphogénétique dans laquelle se mêlent passé, présent et futur.

 

Tous ces différents travaux collent sur bien des points à mes propres travaux d'expérimentation et à ma nouvelle compréhension du monde. Que ce soit au niveau de l'existence d'une conscience intelligente et collective, dont les différentes recherches s'accordent sur ce constat, étant donné que tout système quel qu'il soit, est capable d'évoluer et de s'adapter par lui-même. Ou bien, que ce soit au niveau des champs de résonance morphique, qui expliquerait très bien l'existence d'un système commun de communication, reposant sur un champ informationnel interdépendant dans le temps et dans l'espace. Et enfin, que ce soit au niveau du Biofield, qui correspondrait de manière très similaire aux différents états vibratoires de l'énergie. La même énergie qui est engendrée par la nature de tout ce qui peut exister. C'est-à-dire, les consciences intelligentes.

 

Comme dans notre monde physique, l'information est tout autant déterminante dans le monde invisible. En effet, elle permet la communication entre toutes les consciences dont la manifestation est l'énergie. Et là où c'est intéressant dans l'accompagnement thérapeutique, c'est que plus l’accès des champs d’information est important et plus ce dernier devient efficace. Ainsi, toutes ces informations permettent d'une part, d’ouvrir plus de possibilités d'avancer et d'autre part, d'atteindre une plus grande justesse dans l'identification et la résolution des véritables problèmes de vie et de la guérison des douleurs énergétiques.

Ci-dessous, une expérience réalisée avec un procédé dit photographie Kirlian, découvert accidentellement en 1939 par le soviétique Semyon Kirlian. Les clichés Kirlian montrent un halo lumineux autour d'un objet soumis à une haute tension électrique. Rupert sheldrake a fait une expérience en photographiant une feuille avant et après avoir coupé un bout de cette dernière. Premièrement, le halo lumineux observé pourrait être une preuve de l'existence du Biofield. Et deuxièmement, l'expérience montre, grâce à l'effet Kirlian, que l'halo lumineux présente encore le morceau qui a été coupé. Cela pourrait être une preuve qu'il existe bel et bien un champ d'information morphique propre à la feuille. A ce jour, c'est le seul procédé que je connais, qui permettrait d'observer certains phénomènes invisibles visuellement.

Le champ de la vibration énergétique

Tout comme un véhicule qui a besoin d’essence ou d’électricité pour avancer, le corps humain a besoin d’énergie pour se mettre en mouvement. Considérer un accompagnement statique me paraît inapproprié sachant que l’énergie est constamment en mouvement. Outre ce constat, aucun être sur terre ne peut à mon sens, contrôler les énergies car selon les hypothèses formulées précédemment, l’énergie possède sa propre conscience et donc son libre arbitre. Il faut considérer que chaque conscience est maître de ses propres énergies. Par exemple, je ne peux pas mettre quelqu'un dans un état modifié de conscience, si la personne ne le veut pas. Je ne peux pas non plus, accéder à ses énergies, si elle ne le veut pas. Je ne peux pas non plus, résoudre ses problèmes à sa place, qu'elle le veuille ou non. Finalement, la seule chose que je peux faire, c'est de l'accompagner sur son chemin avec tout ce que je suis. C'est-à-dire, mon être, mon savoir et mon savoir-être.

C'est pourquoi la chose la plus importante dans l'accompagnement est la confiance. Elle seule permet le phénomène de synchronisation et permet de créer une nouvelle entité (accompagnateur/accompagné) où les énergies sont complètement en symbiose et peuvent communiquer directement entre elles. De surcroît, plus le niveau de confiance est important et plus la synchronisation est forte. Plus la synchronisation est forte et plus la communication avec l'invisible est claire. Plus la communication avec l'invisible est claire et plus la prise de conscience est facilitée. Plus la prise de conscience est facilitée et plus la résolution des problèmes de vie ou la guérison des douleurs énergétiques est efficace.

Une fois que la synchronisation est installée, le changement adéquat des états modifiés de conscience, permettent d'accéder au champ d'information désiré afin d'avancer, sur la prise de conscience du véritable problème de vie ou de la douleur énergétique. De manière systématique, j'utilise un des phénomènes incroyables de la mécanique quantique. L'intrication ou l'enchevêtrement. Ce phénomène dans lequel deux particules (ou groupe de particules) forment un système lié et présentent des états quantiques dépendant l'un de l'autre, quelle que soit la distance qui les sépare. Ce qui signifie que lorsque je suis dans cet état particulier et que je suis synchronisé avec la personne que j'accompagne, je suis capable de mesurer instantanément, tout ce qu'il se passe d'un point de vue énergétique. Ce qui est d'ailleurs très pratique pour savoir, si la personne est dans le mental ou pas. Et c'est tout aussi pratique et utile de savoir quelles émotions sont présentes, quelles en sont leurs intensités et à quel niveau du corps, elles se trouvent.

Quand on a réussi à cheminer vers la prise de conscience d'un véritable problème de vie, vient le moment de choisir pour la personne d'aller ou non vers sa résolution. Généralement à cette étape, la plupart des personnes font le choix d'y aller. Et celles qui n'y sont pas allées tout de suite, finissent par y aller au bout d'un moment car elles savent que c'est une étape indispensable pour résoudre intégralement leur problème de vie. Ensuite, dans le cas de douleur énergétique, on commence par isoler les différentes sources possibles pour déterminer leur nature et trouver la réponse appropriée. Une des sources possibles, est celle des énergies parasites (Elles sont de faible intensité mais elles sont chroniques - Tension, stress, nervosité, fatigue). Dans ce cas là, un nettoyage énergétique est suffisant à court terme. Par contre, à moyen et long terme, il est préférable d'identifier leurs causes afin de les traiter définitivement. Sinon ces énergies parasites risquent de revenir ultérieurement. Ensuite, une des autres sources possibles, est celle des énergies émotionnelles (Elles sont d'intensité moyenne mais s'amplifient en se cumulant dans le temps - Par exemple, à chaque fois que quelqu'un vous critique sur votre physique et que vous ne savez pas gérer cette critique, l'énergie émotionnelle refoulée va se stocker quelque part dans le corps. Souvent, elle se cumule au même endroit car elle correspond souvent, à un problème de vie plus profond. En gros, une excroissance du problème originel).  Dans ce cas là, une purge énergétique est nécessaire à court terme (c'est un nettoyage plus intense). Par contre, à moyen et long terme, il est très important de résoudre le problème de vie car il a un impact persistant sur l'ensemble des énergies. Et moins habituellement, mais cela arrive, la dernière source possible, est celle des infiltrations énergétiques (Elles sont d'intensité entre moyenne et très forte - Elles viennent de l'extérieur. Soit déposées par quelqu'un qui a des énergies lourdes ou déséquilibrées. Ou soit récupérées dans des lieux où les énergies déséquilibrées sont en vibrations basses). Dans ce cas là, il y a un travail assez difficile pour les extraire car elles ne font pas parties initialement de vos énergies. Et comme ce sont des consciences, elles peuvent décider d'elles-mêmes de rester chez vous. Mais généralement, elles peuvent partir d'elle-mêmes ou à force d'essayer, on finit tout de même par les enlever, sauf pour des cas extrêmes où cela peut durer et devenir très problématique.

Enfin, pour revenir sur la résolution des problèmes de vie (qui sont pour moi l'épicentre de nos souffrances), j'estime que c'est de loin, le travail d'accompagnement le plus important à faire. Cependant, il est complexe et laborieux. Effectivement, il y a déjà tout un long cheminement pour identifier l'ensemble des causes. C'est sans aucun doute, l'étape qui prend le plus de temps, puisque l'on explore toutes les choses qui les ont provoqué, c'est-à-dire, les évènements, les problématiques transgénérationelles, les stratégies mentales, les causes karmiques... Quand la personne a solutionné un de ses problèmes de vie, il se passe un phénomène énergétique aussi étonnant qu'impressionnant. Etant donné que, le problème possède une existence énergétique dans l'invisible, il se dissipe d'un point de vue vibratoire vers l'extérieur du corps, en libérant une importante quantité d'énergie. Comme si la conscience se libérait enfin de cette souffrance qu'elle s'était créée elle-même. Mon rôle à ce moment là est de contenir cette importante quantité d'énergie et de guider la personne en parallèle, pour finaliser le processus de résolution du problème de vie. Et au bout de ce long chemin, au fur et à mesure que la personne se libère de toutes ses souffrances, elle commence à se révéler à qui elle est réellement. Le point d'étape indispensable pour l'aider à se re-connecter avec elle-même (avec l'ensemble de ses corps subtils). Plus qu'un voyage pour trouver sa paix intérieure et sa mission de vie, un chemin puissant et bienveillant vers son humanité. Celle qui est à l'origine de ce que nous sommes depuis toujours. Des êtres spirituels.

©2020, MY AWAKENING ENERGY by MY CLOVER ENERGY